• Alixblicbloc

Premiers mois en Nouvelle-Zélande – Emotions, isolation et liberté retrouvée

English version


Nous y sommes ! Après plusieurs mois d’incertitudes, nous voilà enfin sur le sol néo-zélandais après un voyage assez épique : un avion annulé, deux jours d’attente en hôtel, 28 heures de voyage, 14 jours d’isolation surveillée dans un hôtel, un nouveau vol, pour enfin arriver à destination, le tout en trimballant 110 kg de bagage et un bébé de un an...

Beaucoup de choses à raconter donc, qui paraissent bien loin maintenant que je suis confortablement installée sur un canapé à écrire ces lignes.


« Ça te paraîtra loin quand cela sera fini » : voilà l’état d’esprit que je me suis forcée à conserver tout au long de cette étape de l'arrivée qui aura tout de même duré 18 jours entre notre départ de chez mes parents jusqu’à l’arrivée chez mes beaux-parents !


Il y a d’abord eu le voyage en lui-même. Difficile de décrire l’émotion que l’on ressent lorsque l'on se sépare de sa famille et de ses amis pour un temps indéterminé, vraisemblablement d'au moins un an. L’excitation et la joie du départ se mêle à la nostalgie et la tristesse.


Joli cocktail d'émotions dont l’apothéose fut atteinte dans la première demi-heure de vol après avoir renversé sur moi-même et mon bébé le poisseux jus de mangue qu’on venait de me servir. Crise de larmes en règle donc à peine avions nous décollé !

C’était le lâcher-prise qu’il me fallait car la suite du voyage a été plutôt idéale, bien que je me sois visiblement donné pour mission de renverser l’ensemble des boissons qui m’ont été servies. Bébé a dormi la moitié du trajet, nous avons nous-même réussi à dormir. Il faut dire qu’il y avait de la place, les avions été assez vides, Covid oblige.


Nous voilà donc sur le sol néo-zélandais le 2 octobre à 5h du matin. A partir de là je dois dire que l’organisation était au top. Tout était fait pour que nous soyons facilement dirigés vers notre hôtel pour le confinement obligatoire de 14 jours. Check médical, douanes, immigration, bus, attribution des chambres, deuxième check médical et nous voilà enfin dans notre résidence de confinement.


La chance a été avec nous car on nous a attribué une petite suite. Un peu d’espace donc pour évoluer pendant ces deux semaines. Bonne nouvelle : il est possible de faire un jogging dans 15 mètres carrés, il ne faut juste pas avoir peur de tourner en rond.


Chronologie de nos sentiments durant 14 jours :


- Jour 1 à 4 : fatigue chronique

- Jour 5 à 11 : ennui mortel

- Jour 12 à 14 : excitation maximale

Après les premiers émois de la découverte (« déballons les valises, rangeons dans les placards », « ho les menus sont sympas », « tiens si on regardait un film ça fait longtemps ») et la phase de récupération essentielle, nous nous sommes vite confrontés à l’ennui dans son sens le plus pur…même avec un bébé qui gambade et de distrayant outils électroniques, ne pas pouvoir sortir (ou pouvoir tous le deux jours, sur un bout de quai entouré de grilles et sous surveillance policière et militaire…) nous a beaucoup pesé.


Un évènement majeur toutefois : Bébé a fait ses premiers pas !

J15 nous avons donc enfin pu quitter notre hôtel et prendre la direction de Christchurch où nous sommes désormais depuis deux mois.


Retrouver notre liberté a été un vrai bonheur. Etrange qu’il nous paraissent bizarre de ne pas porter de masque lorsque l’on sort. Le reflet de l’année 2020 j'imagine.


Depuis deux mois donc, je prends mes marques dans mon nouveau pays qui, enfin il y a 10 jours, m’a délivré mon visa résident ! La fin d’une sacrée étape que nous aurions pensé bien plus simple il y a un an de cela.


A bientôt, chers lecteurs, pour des publications je l’espère plus régulière dès que je serais installée dans mon chez-moi (oui, encore une mission trimballage des affaires en perspective, la dernière normalement pour un bon moment !).


45 vues0 commentaire